Et si derrière nos grignotages se cachaient des carences?

Si nos envies de grignotage venaient simplement du fait que notre corps nous réclament des nutriments ….

De plus en plus d’études vont dans ce sens : Selon le Dr David Heber, le grignotage ne doit pas être considéré comme une faiblesse de la volonté, mais plutôt comme une carence possible en certains nutriments, ou un dé-balancement neurochimique, de l’organisme. De toute façon, la volonté seule ne peut venir à bout de ces pulsions de consommer régulières. Seul le fait de combler les carences  permettent de corriger cette habitude qui contribue à un poids trop élevé, au  manque de concentration, au  sommeil perturbé, à l’irritabilité,  à la fatigue…

Selon nos grignotages, on peut connaitre nos carences

Derrière nos grignotages se cachent nos carences

Naturablue : Pour en finir avec le grignotage

Des recherches ont identifié la cause et la possible déficience en nutriments, de différents types de fringales ou d’envies de grignoter. En effet, certaines personnes seront plus attirées par certains types d’aliments que d’autres.

Selon les études, on peut savoir pointés les carences et les difficultés d’absorption selon nos envies de fringales : derrière notre envie de chocolat se cachent peut être une carence en magnésium, bien sûr  d’autres aliments contiennent aussi du magnésium comme les légumes verts, les céréales complètes ou encore les fruits de mer, mais ce n’est pas ce qui nous vient en premier en cas de pulsion, mais en les incorporant plus souvent dans vos menus, l’attraction du chocolat pourrait être diminué et plus contrôlable car des études ont fait le lien entre manque de magnésium et obésité abdominale..

Une carence en fer, surtout chez les femmes de moins de 50 ans, réveillent nos tendances carnassières afin que nous jetions notre dévolu sur de la viande rouge cuite à point, cela peut signifier une carence mais aussi une mauvaise absorption du fer, afin de faciliter celle-ci il est conseillé de consommer des aliments à saveur acide comme par exemple du citron.

Prendre un supplément d’huile de poisson riche en acides gras Oméga-3, diminue les carences en acides gras essentiels, l’organisme en manque de ces acides gras, déclenche une attirance vers d’autres gras, mais qui sont malheureusement inadéquats. Les acides gras essentiels aident notre organisme à fabriquer des hormones et à conserver un métabolisme actif. Des carences en acides aminés essentiels peut provoquer des envies de manger des nourritures malsaines et des problèmes métaboliques, puis avec le temps une prise de poids sans raison apparente.

Ecouter son corps pour mieux se nourrir

 Le nutritionniste Charles-Antoine Winter aime à nous rappeler que :  » Notre corps est un outil merveilleux et autonome qui sait ce dont il a besoin. C’est d’ailleurs parfaitement reflété par la magie du phénomène d’absorption. Cependant, humble qu’il est, il se soustrait très (trop !) souvent à la volonté de l’individu… Volonté qui, rapidement, passe les besoins vitaux au second plan. Et rares sont ceux à l’écoute de leur corps, se connaissant parfaitement et connaissant les propriétés des aliments. Pour ces derniers, leurs envies peuvent être des signaux de manque, de déficience nutritionnelle.Y répondre sera donc judicieux mais rare et contrôlable ! Nous serons loin de la fringale ou de la frénésie… »

A lire aussi :

Pour garder la ligne : Camu Camu et Spiruline

Le krill améliore la santé des femmes